Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 12:00

 

La douleur du Monde et son chaos sont parfois si difficiles à supporter que je me réfugie dans la poésie, c'est peut-être un peu lâche pour certains; je pourrais m'engager et me battre pour lutter contre tout celà. Minuscule et fragile, je préfère   me laisser emporter par les mots de ces hommes et femmes bien plus sensibles encore à toutes les douleurs qu'ils retranscrivent et expriment  si justement....et je me retrouve en eux.

Suis ta destinée

Suis ta destinée,
Arrose les plantes,
Aime les roses.
Le reste est l’ombre
D’arbres étrangers.

La réalité
Est toujours plus ou moins
Que ce que nous voulons.
Nous seuls sommes toujours
Égaux à nous-mêmes.

Vivre seul est doux,
Vivre simplement,
Toujours, est noble et grand,
Sur les autels, en ex-voto
Pour les dieux, laisse la douleur.

Regarde la vie de loin.
Ne l’interroge jamais.
Elle ne peut rien
Te dire. La réponse
Est au-delà des dieux.

Mais sereinement
Imite l’Olympe
Au fond de ton coeur.
Les dieux sont dieux
Parce qu’ils ne se pensent pas.

Repost 0
Published by lesjardinsdecarole - dans Le jardin de Poésie
commenter cet article
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 16:54

Chaque mercredi, quand je rentre à la maison, je me précipite sur le Telerama de la semaine pour découvrir quel poète fera l'objet de ce petit encart bleu, dans la rubrique "Livres" de ce magazine. Il arrive parfois que l'actualité littéraire en empêche la publication et cela me rend toujours triste...

Depuis septembre, en effet, Telerama choisit de publier des extraits de recueils de poésie édités ou réédités dans la semaine.Souvent séduite par les vers que je découvre, je me trouve parfois déroutée aussi par des vers que je ne comprends pas et qui ne m'émeuvent pas. mais chaque fois je les lis et les relis pour m'en imprégner.

Cette semaine, j'ai découvert Adomis, poète syrien né en 1930. Le petit texte publié est extrait de "Zocalo", recueil publié au Mercure de France. Sobre, court et imagé, il correspond à ma sensibilité et m'a emportée loin sur la mer...

Le voici, pour vous ce soir.


   Une mouette dort sur le dos d'une mouette

   Une vague pend  au cou d'une vague -berceau

pour ceux

     affublés du saroual de la mer.

   Calmez-vous, calmez-vous, papillons du sens.

   Les images immprovisent les ailes et l'espace

improvise l'encre.

   C'est ainsi que je mets les choses entre

parenthèses et que je

     fends mon chemin entre ses signes.

   J'ai scellé des chevaux que je n'ai pas touchés et

touché des

     astres que je n'ai pas vus.

   Les montagnes marchaient autour de moi,

nuages serré dans

     leurs mains. 

 

Si comme moi, vous ne connaissiez pas ce poète, voici le lien wikipedia

http://fr.wikipedia.org/wiki/Adonis_%28po%C3%A8te%29

ainsi qu'un article publié sur le site de France 24

http://www.france24.com/fr/20130220-syrie-regime-baas-assad-poesie-adonis-opposition-revolution

 

Très bonne soirée à Tous.

A bientôt.


Repost 0
Published by lesjardinsdecarole - dans Le jardin de Poésie
commenter cet article
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 10:02

Je sais c'est dimanche...et ce n'est pas encore le soir; pourtant je vous offre ce poème qui me trotte dans la tête depuis quelques semaines...Il est triste, certes, mais il fait partie de mes préférés de Baudelaire. Prenez soin de Vous et bon dimanche à Tous.

Recueillement

Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille.
Tu réclamais le Soir ; il descend ; le voici :
Une atmosphère obscure enveloppe la ville,
Aux uns portant la paix, aux autres le souci.

Pendant que des mortels la multitude vile,
Sous le fouet du Plaisir, ce bourreau sans merci,
Va cueillir des remords dans la fête servile,
Ma douleur, donne-moi la main ; viens par ici,

Loin d'eux. Vois se pencher les défuntes Années,
Sur les balcons du ciel, en robes surannées ;
Surgir du fond des eaux le Regret souriant ;

Le Soleil moribond s'endormir sous une arche,
Et, comme un long linceul traînant à l'Orient,
Entends, ma chère, entends la douce Nuit qui marche.

Repost 0
Published by lesjardinsdecarole - dans Le jardin de Poésie
commenter cet article
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 12:51

Voilà un mois maintenant que jai repris le chemin de l'école... L'école est un bien grand mot, car c'est une formation de jardinière que j'ai entreprise. Cependant j'ai des horaires scolaires: les cours commencent à 8 heures et se terminent sagement à 17 h. Je déjeune à la cantine, je vais en récréation,que l'on appelle pause, parce que nous sommes des adultes et là je ne joue pas à la marelle ou à l'élastique, ou encore je ne saute pas à la corde, mais ce quart d'heure me permet de sortir de la classe et de respirer un peu l'air frais d'Antibes et je peux admirer les montagnes enneigées et la mer si proche, si changeante!2013-01-22-08.00.25.jpg

Je partage cette formation avec 14 autres femmes de tous âges, mais surtout du mien. C'est très particulier, pour beaucoup d'entre elles cette formation représente la dernière chance, tant cert2013-02-01-12.40.27.jpgaines ont eu des vies difficiles et/ou mouvementées.

La première semaine a été éprouvante,(le mot n'est pas trop fort) le rythme que l'on retrouvait, après tant d'années, nous semblait insoutenable! Et puis nous sommes entrées dans le vif du sujet, tout de suite, les informations se sont imposées à nous brutalement et chacune pensait que ce ne serait pas possible!

Apprendre 150 plantes d'intérieur, 50 végétaux extérieurs, reconnaître un type de terre et savoir quel amendement il fallait lui apporter pour qu'elle plus acide, plus calcaire, plus riche nous paraissait insurmontable! Savez-vous ce qu'est le triangle du jardinier? Avez-vous déjà tracé un angle droit sans équerre, sur le sol? Et savez-vous ce qu'est une fleur dioïque, monoïque ou encore solitaire? C'est quasiment magique!! merveilleux!!

Aujourd'hui après un mois, le rythme est pris, lever 5 h, prendre le train pour me rendre au "lycée" est un véritable plaisir. Je sais que je vais apprendre et découvrir tant de nouvelles choses! Je m'émerveille de la découverte du monde végétal, si parfait, si complet et réfléchi auquel je ne prêtais qu'une attention visuelle! Mon regard a changé et le sentiment de bonheur que je ressentais jusqu'à présent s'enrichit d'une autre approche! Je me régale!

Mon envie de rendre les jardins plus attrayant pour toutes les personnes en souffrance et si fragiles, dans les établissements hospitaliers, se confirme chaque jour et je glane des informations ici ou là afin d'affiner ce projet qui me tient tant à coeur!

Bien sûr, les horaires sont contraignants et fatiguant, je ne suis pas bonne à grand chose le soir! Rentrée à 18h45, je "m'active" comme je peux en cuisine et je m'affale délicatement sur le canapé quand je n'ai pas de devoirs! (oui oui, j'ai des devoirs de maths et des leçons à apprendre!) Et puis fatalement je m'endors comme une espèce de larve en hibernation! Je suis vieille!!!

Jamais je n'ai pensé repartir dans les apprentissages "conventionnels". J'aime tant cela pourtant! écouter, essayer d'emmagasiner (ça se dit?) le plus d'informations possibles sans qu'elles ne s'entrechoquent dans mon petit cerveau, est un immense bonheur! Mes enfants rient beaucoup, quand pendant les cours ils m'envoient des messages et que la seule réponse qu'ils obtiennent est: " suis en cours!! t'appelle à la récré" . L'autre fois j'ai passé l'après midi à côté de Thomas, mon plus jeune fils, chacun de nous appliqué à travailler sur la grande table de la salle à manger, c'était drôle et si agréable!


Le temps passe! 14H51, j'ai du travail! Je vous laisse et vous embrasse.

C'est bientôt les vacances!...





Repost 0
Published by lesjardinsdecarole - dans Le jardin des apprentissages
commenter cet article
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 12:43

J'ai découvert ce poème d'Alphonse de Lamartine cette semaine, je l'ai trouvé merveilleusement triste. Le voici pour Vous.

Le vallon

Mon coeur, lassé de tout, même de l'espérance,
N'ira plus de ses voeux importuner le sort ;
Prêtez-moi seulement, vallon de mon enfance,
Un asile d'un jour pour attendre la mort.

Voici l'étroit sentier de l'obscure vallée :
Du flanc de ces coteaux pendent des bois épais,
Qui, courbant sur mon front leur ombre entremêlée,
Me couvrent tout entier de silence et de paix.

Là, deux ruisseaux cachés sous des ponts de verdure
Tracent en serpentant les contours du vallon ;
Ils mêlent un moment leur onde et leur murmure,
Et non loin de leur source ils se perdent sans nom.

La source de mes jours comme eux s'est écoulée ;
Elle a passé sans bruit, sans nom et sans retour :
Mais leur onde est limpide, et mon âme troublée
N'aura pas réfléchi les clartés d'un beau jour.

La fraîcheur de leurs lits, l'ombre qui les couronne,
M'enchaînent tout le jour sur les bords des ruisseaux,
Comme un enfant bercé par un chant monotone,
Mon âme s'assoupit au murmure des eaux.

Ah ! c'est là qu'entouré d'un rempart de verdure,
D'un horizon borné qui suffit à mes yeux,
J'aime à fixer mes pas, et, seul dans la nature,
A n'entendre que l'onde, à ne voir que les cieux.

J'ai trop vu, trop senti, trop aimé dans ma vie ;
Je viens chercher vivant le calme du Léthé.
Beaux lieux, soyez pour moi ces bords où l'on oublie :
L'oubli seul désormais est ma félicité.

Mon coeur est en repos, mon âme est en silence ;
Le bruit lointain du monde expire en arrivant,
Comme un son éloigné qu'affaiblit la distance,
A l'oreille incertaine apporté par le vent.

D'ici je vois la vie, à travers un nuage,
S'évanouir pour moi dans l'ombre du passé ;
L'amour seul est resté, comme une grande image
Survit seule au réveil dans un songe effacé.

Repose-toi, mon âme, en ce dernier asile,
Ainsi qu'un voyageur qui, le coeur plein d'espoir,
S'assied, avant d'entrer, aux portes de la ville,
Et respire un moment l'air embaumé du soir.

Comme lui, de nos pieds secouons la poussière ;
L'homme par ce chemin ne repasse jamais ;
Comme lui, respirons au bout de la carrière
Ce calme avant-coureur de l'éternelle paix.

Tes jours, sombres et courts comme les jours d'automne,
Déclinent comme l'ombre au penchant des coteaux ;
L'amitié te trahit, la pitié t'abandonne,
Et seule, tu descends le sentier des tombeaux.

Mais la nature est là qui t'invite et qui t'aime ;
Plonge-toi dans son sein qu'elle t'ouvre toujours
Quand tout change pour toi, la nature est la même,
Et le même soleil se lève sur tes jours.

De lumière et d'ombrage elle t'entoure encore :
Détache ton amour des faux biens que tu perds ;
Adore ici l'écho qu'adorait Pythagore,
Prête avec lui l'oreille aux célestes concerts.

Suis le jour dans le ciel, suis l'ombre sur la terre ;
Dans les plaines de l'air vole avec l'aquilon ;
Avec le doux rayon de l'astre du mystère
Glisse à travers les bois dans l'ombre du vallon.

Dieu, pour le concevoir, a fait l'intelligence :
Sous la nature enfin découvre son auteur !
Une voix à l'esprit parle dans son silence :
Qui n'a pas entendu cette voix dans son coeur ?

 

Repost 0
Published by lesjardinsdecarole - dans Le jardin de Poésie
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 16:47

J'ai quelques émissions de Guillaume Gallienne en retard. Vous connaissez Guillaume Gallienne, ce comédien, lecteur merveilleux qui nous enchantent chaque samedi soir, enfin, moi, il m'enchante...

Je me suis installée devant ma Chère Table à Repasser, ce matin, aux aurores, un casque sur les oreilles, c'est très, comment dire...sexy et je suis partie dans le monde de Baudelaire, enchantée, triste et ravie à la fois de redécouvrir le Rêve parisien, l'Albatros et tant d'autres...Cependant celui que j'ai choisi de partager avec vous, de vous offrir est l'Invitation au Voyage. Première lecture de l'émission...je l'avais appris au lycée, il y a... longtemps... je me suis surprise à le murmurer en même temps que Guillaume Gallienne...Une infinie douceur m'a envahie, la journée commençait bien.

Le voici.

Je vous embrasse.

L'invitation au voyage

Mon enfant, ma soeur,
Songe à la douceur
D'aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l'ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l'âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l'humeur est vagabonde ;
C'est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu'ils viennent du bout du monde.
- Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D'hyacinthe et d'or ;
Le monde s'endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Repost 0
Published by lesjardinsdecarole - dans Le jardin de Poésie
commenter cet article
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 23:00


 

Je veux dédier ce poème
A toutes les femmes qu'on aime
Pendant quelques instants secrets

A celles qu'on connaît à peine
Qu'un destin différent entraîne
Et qu'on ne retrouve jamais 

A celle qu'on voit apparaître
Une seconde à sa fenêtre
Et qui, preste, s'évanouit
Mais dont la svelte silhouette
Est si gracieuse et fluette
Qu'on en demeure épanoui 

A la compagne de voyage
Dont les yeux, charmant paysage
Font paraître court le chemin
Qu'on est seul, peut-être, à comprendre
Et qu'on laisse pourtant descendre
Sans avoir effleuré sa main

A la fine et souple valseuse
Qui vous sembla triste et nerveuse
Par une nuit de carnaval
Qui voulut rester inconnue
Et qui n'est jamais revenue
Tournoyer dans un autre bal

A celles qui sont déjà prises
Et qui, vivant des heures grises
Près d'un être trop différent
Vous ont, inutile folie,
Laissé voir la mélancolie
D'un avenir désespérant

A ces timides amoureuses
Qui restèrent silencieuses
Et portent encor votre deuil
A celles qui s'en sont allées
Loin de vous, tristes esseulées
Victimes d'un stupide orgueil.

Chères images aperçues
Espérances d'un jour déçues
Vous serez dans l'oubli demain
Pour peu que le bonheur survienne
Il est rare qu'on se souvienne
Des épisodes du chemin

Mais si l'on a manqué sa vie
On songe avec un peu d'envie
A tous ces bonheurs entrevus
Aux baisers qu'on n'osa pas prendre
Aux coeurs qui doivent vous attendre
Aux yeux qu'on n'a jamais revus

Alors, aux soirs de lassitude
Tout en peuplant sa solitude
Des fantômes du souvenir
On pleure les lèvres absentes
De toutes ces belles passantes
Que l'on n'a pas su retenir

 

Avez-vous reconnu ce texte? Mais oui, vous savez!! Peut-être avez-vous fait comme moi, vous l'avez entendu des milliers de fois, je n'exagère pas!...sans jamais l'écouter...et puis à la lecture, vous vous dites, ce texte me dit quelque chose, où l'ai-je entendu? et pourquoi me semble-t-il familier, sans que je puisse bien en définir la raison....

Un indice? Un chanteur tellement connu, que peut-être aurez-vous honte de ne pas l'avoir identifié à la première lecture, l'a interprété à merveille. Une moustache, une voix reconnaissable entre toutes, avec un bel accent du sud...

J'aurais bien voulu vous mettre en ligne une vidéo, mais  ce matin, je n'y arrive pas.

Voici le lien, que j'espère vous parviendrez à ouvrir :

<iframe frameborder="0" width="480" height="360" src="http://www.dailymotion.com/embed/video/x3gncl"></iframe><br /><a href="http://www.dailymotion.com/video/x3gncl_georges-brassens-les-passantes_news" target="_blank">Georges brassens les passantes</a> <i>par <a href="http://www.dailymotion.com/tunisien-

 

Très bon week end à tous!

 

 

Repost 0
Published by lesjardinsdecarole - dans Le jardin de Poésie
commenter cet article
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 10:53
Un peu de douceur et de fraîcheur dans la grisaille de l'hiver...
Une allée du Luxembourg

Elle a passé, la jeune fille
Vive et preste comme un oiseau
À la main une fleur qui brille,
À la bouche un refrain nouveau.

C'est peut-être la seule au monde
Dont le coeur au mien répondrait,
Qui venant dans ma nuit profonde
D'un seul regard l'éclaircirait !

Mais non, - ma jeunesse est finie ...
Adieu, doux rayon qui m'as lui, -
Parfum, jeune fille, harmonie...
Le bonheur passait, - il a fui !


Gérard de Nerval

 

Repost 0
Published by lesjardinsdecarole - dans Le jardin de Poésie
commenter cet article
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 09:23

Je ne sais pas vous, mais moi, je redoute toujours un peu cette période des voeux...si conventionnelle, obligatoire...Si on ne s'y plie pas, on passe pour mal élevé, ce qui n'est pas mon cas!

Comment faire pour éviter les banalités, les impairs aussi? A qui les envoyer, doit-on répondre à tous ceux que l'on reçoit? et de quelle manière?Et si les voeux que l'on reçoit ne nous plaisent pas? Et puis avec ces messages groupés, faut-il croire à la sincérité des personnes qui vous les envoient?

C'est pratique les envois groupés, on écrit un texte, plus ou moins beau, plus ou moins chaleureux , plus ou moins original et hop hop hop, le tour est joué, on appuie sur la touche envoyer et c'est parti! on est certain de n'avoir oublié personne, même ceux qu'on ne voit jamais, qu'on aime moyennement ou qu'on a oublié de supprimer définitivement après une brouille!

Et aussi quand vous faites partie du répertoire d'une personne que vous n'avez pas rentrée dans le votre, et que vous recevez un de ces fameux messages groupés, que faites-vous? Répondez-vous comme moi: "c'est très gentil, mais je ne vous connais pas! Bonne Année à Vous aussi." ou "merci, mais qui se cache derrière ce gentil message?" et que l'on vous répond :" enfin!!! Tu ne te rappelles pas des après midi torrides passés ensemble????" ce à quoi je réponds, "c'était il y a longtemps?" depuis pas de réponse...j'ai blessé quelqu'un, voilà !

Il y a aussi les messages si laconiques, impersonnels qu'ils semblent dictés par la simple obligation, le passage obligé auquel je réponds très froidement, risquant de ne plus jamais entendre parler de leurs auteurs...

Pour éviter tous ces impairs, toutes ces maladresses, j'ai choisi un poème merveilleux de Pablo Neruda que j'ai reçu un jour et que je relis souvent quand je vais mal et qui je crois est parfaitement adapté à cette période de l'année. Il fait froid, le temps n'est pas toujours radieux et la dépression hivernale nous guette tous.

Voilà donc pour Vous...


 

Il meurt lentement

celui qui ne voyage pas,

celui qui ne lit pas,

celui qui n'écoute pas de musique,

celui qui ne sait pas trouver

grâce à ses yeux.

Il meurt lentement

celui qui détruit son amour-propre,

celui qui ne se laisse jamais aider.

Il meurt lentement

celui qui devient esclave de l'habitude

refaisant tous les jours les mêmes chemins,

celui qui ne change jamais de repère,

Ne se risque jamais à changer la couleur

de ses vêtements

Ou qui ne parle jamais à un inconnu

Il meurt lentement

celui qui évite la passion

et son tourbillon d'émotions

celles qui redonnent la lumière dans les yeux

et réparent les coeurs blessés

Il meurt lentement

celui qui ne change pas de cap

lorsqu'il est malheureux

au travail ou en amour,

celui qui ne prend pas de risques

pour réaliser ses rêves,

celui qui, pas une seule fois dans sa vie,

n'a fui les conseils sensés.

Vis maintenant!

Risque-toi aujourd'hui!

Agis tout de suite!

Ne te laisse pas mourir lentement!

Ne te prive pas d'être heureux!

 




Repost 0
Published by lesjardinsdecarole - dans Le Jardins des Pensées
commenter cet article
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 23:00

1800 m2 de jardin clos, 2000 arbres, 2500 plantes, une espèce de jungle luxuriante et nourricière...en Belgique! Ce n'est pas terminé! Un conservatoire de 6500 variétés de légumes...tout cela grâce à ce couple merveilleux et aux bénévoles qui les accompagnent depuis 1969...

Voilà pour Vous!

http://youtu.be/2DVLlkToPuU

Repost 0
Published by lesjardinsdecarole - dans Le Jardin
commenter cet article