Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 18:06
Recueillement


Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille.
Tu réclamais le Soir ; il descend ; le voici :
Une atmosphère obscure enveloppe la ville,
Aux uns portant la paix, aux autres le souci.

Pendant que des mortels la multitude vile,
Sous le fouet du Plaisir, ce bourreau sans merci,
Va cueillir des remords dans la fête servile,
Ma Douleur, donne-moi la main ; viens par ici,

Loin d'eux. Vois se pencher les défuntes Années,
Sur les balcons du ciel, en robes surannées ;
Surgir du fond des eaux le Regret souriant ;

Le Soleil moribond s'endormir sous une arche,
Et, comme un long linceul traînant à l'Orient,
Entends, ma chère, entends la douce Nuit qui marche.

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal 
Repost 0
Published by lesjardinsdecarole - dans Le jardin de Poésie
commenter cet article
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 08:09

Hier, j'ai dit qu'il fallait relire les livres qu'on avait particulièrement aimés.Je n'ai pas parlé des poésies qui nous ont bouleversés, qui nous accompagnent chaque jour, qui sont là, blotties dans nos coeur et qui soudain surgissent et s'imposent à nous, pour des raisons inconnues. Celui-ci chante en moi depuis quelques temps, il est beau, triste, infiniment triste, mais curieusement il m'apaise...

 

Il pleure dans mon coeur
Comme il pleut sur la ville;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon coeur ?

Ô bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits !
Pour un coeur qui s'ennuie,
Ô le chant de la pluie !

Il pleure sans raison
Dans ce coeur qui s'écoeure.
Quoi ! nulle trahison ?...
Ce deuil est sans raison.

C'est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi
Sans amour et sans haine
Mon coeur a tant de peine !

Paul Verlaine

Repost 0
Published by lesjardinsdecarole - dans Le jardin de Poésie
commenter cet article
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 18:37

Faire une check list de tout ce que je dois faire avant le...mais au fait est-on certain de la date? Pourquoi le 21/12/2012 et pas le 20/12/2012, ce serait plus logique, non? que vient faire le 1 du 21? 21, ça cloche!  A mon avis, c'est le 20 et les Mayas ont donné la date du 21 pour nous induire en erreur:

On se prépare pour vendredi, donc, on nettoie la maison..un tout petit peu, pas les vitres, on ne fait pas les poussières, il y en aura trop après, c'est du temps perdu. On se fait belle ou beau (peu de garçons lisent mes articles, mais on ne sait jamais...on se fait beau, donc), on va au resto une dernière fois...avec son (ou sa) chéri(e) ou pas si on n'a pas de sous...pas de chéri(e),ou si on est radin..On relit les livres qu'on a adoré, qui nous ont transportés, au coin du feu si on a la chance d'avoir une cheminée, sinon sous la couette, c'est bien aussi. On met un peu d'ordre dans ses papiers, même si dans le fond c'est inutile, tout va disparaître. Mais on ne sait jamais, j'ai entendu parler d'extra-terrestre(s?), il ne faut pas qu'ils aient une trop mauvaise opinion de notre civilisation. On range tout bien, donc. Si je calcule bien, cela nous amène à mercredi soir. C'est l'anniversaire de ma soeur, elle aura la chance d'avoir des cadeaux ! Et jeudi, on décide de se reposer, de passer cette dernière journée, tranquille, à lire un dernier livre, le meilleur, celui qu'on a préféré, ou regarder une dernière fois une émission sur TF1, pour ceux qui aiment TF1, écouter la radio... quand PAF!!! (je ne sais pas faire le son de la météorite qui explose), peu importe, on ne s'apercevra de rien, c'est ce que j'ai entendu dire, alors PAFou BOOMM, on s'en moque un peu...la météorite nous tombe dessus, sans qu'on ait le temps de réagir et on disparait, PCHITT...(ce bruit là j'en suis certaine, c'est celui qu'on fait quand on disparait)

Ah là, vous restez bouche bée, non?!  Et oui les Mayas nous ont surement menti, ou les médias...non je ne parlerai pas des médias! la fin du monde est peut-être demain...

Réfléchissez-y et à mon avis prenez une semaine de vacances, à partir de ce soir, partez! Allez voir des films, sortez de chez vous, lisez, écoutez de la musique et embrassez les gens que vous aimez, dites-le leur, appelez des amis que vous n'avez pas vus depuis longtemps, prenez soin de vous, pardonnez aux personnes qui vous ont fait du mal, souriez, donnez le meilleur de vous et dites-vous que chaque jour est un adieu, de toute façon...

Et si c'était le message que les Mayas avaient voulu nous transmettre?

 

 

Repost 0
Published by lesjardinsdecarole
commenter cet article
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 20:16

J'emprunte ce titre à un livre de Joseph Bialot, écrivain d'origine polonaise, déporté en 1944 et mort la semaine dernière à 89 ans. Je n'ai lu aucun de ses romans, je ne le connaissais pas avant d'avoir entendu ce matin l'extrait d'un entretien qu'il avait accordé à France Culture en 2005, je crois.

Encore une fois, j'étais sur la route et l'évocation de ce titre a fait écho en moi. " C'est en hiver que les jours rallongent"...

Même si ce dont parle Joseph Bialot dans ce livre n'a rien à voir avec elles, je crois que toutes mes mamies chéries seraient d'accord avec cette phrase...

Depuis quelques temps je les sens tristes et inquiètes. Leur moral est très bas, si bas parfois qu'elles me disent vouloir en finir, ne pas vouloir passer l'hiver, trop long, trop froid. Les journées bien plus courtes leur paraissent néanmoins si longues et si lentes...Désorientées et angoissées par le ciel gris et bas, même dans cette belle région, elles languissent ...mais pas d'amour.

Et je ne sais pas toujours comment faire pour les attirer vers la vie et vers moi qui leur souris et tente de leur apporter un peu de réconfort et de joie. Les faire parler...de leur vie, de leur activité les animent un moment et puis soudain un soupir, un voile de tristesse les enveloppe et elles s'installent dans un silence, parfois pesant qui dit tant de désarroi. Ce fil ténu qui les relie à la vie se brise et la magie cesse. "A quoi bon" me disent-elles? "c'est le passé et remuer tout cela est vain et inutile."

Et je me demande si je suis vraiment utile, si ce "travail" est bénéfique. Les laisser me coûte et ce sentiment d'impuissance m'accompagne et me poursuit au point que je ne peux m'empêcher d'aller les voir plusieurs fois dans la semaine pour leur procurer une minute de bonheur, les faire sourire,  mais rarement rire hélas.

Et quand je dois les quitter c'est un déchirement pour moi...surtout avec certaines qui ne verront personnes avant ma prochaine venue...

Alors parfois l'idée de ne pas faire cette formation qui m'éloignera d'elles pendant six mois m'effleure, tant j'ai peur de ne pas les retrouver aux beaux jours...

Ma sensibilité, n'est peut-être pas une si bonne chose...

Repost 0
Published by lesjardinsdecarole - dans Le Jardin de Soins
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 08:49

Ce matin, je me sens toute petite, j'ai du rétrécir dans la nuit...Ceux qui me connaissent vont encore se moquer de moi...Je suis toute petite déjà, 1,57-58, alors vous pensez bien rétrécir, comment est-ce possible?!

Eh bien oui. J'étais sous la douche, et là, vraiment je me suis sentie minuscule, une espèce de grosse brindille. Ce n'est pas la première fois que j'ai cette sensation. Peut-être que je suis en train de disparaître tout doucement et qu'un jour je n'arriverai plus à atteindre les poignées de porte pour sortir de la maison! C'est terrible et curieux à la fois comme sensation. Avez-vous déjà éprouvé çà?

Etre petite, ce nest pas toujours facile,  devoir s'habiller en 16, voire 14 ans quand vous en avez...20 ans, cest flatteur, à 40 ou 50 ans ce n'est plus toujours approprié pour le style, avoir recours à de bonnes volontés pour attrapper des articles dans les rayons est parfois gênant...souvent drôle, il faut savoir prendre du recul sur les choses et se moquer de soi. Pour ça, je suis grande, j'ai acquis un grand sens de la dérision, bien obligée.... Et puis quand il s'agit de prendre la parole et de défendre des idées, ce n'est pas toujours évident! Imaginez... dans une réunion, vous n'êtes pas d'accord avec un intervenant, vous ne pouvez pas ne pas le faire savoir, mais quand vous prenez la parole, debout, et qu'on vous demande de vous lever, c'est quand même vexant, non? alors il faut faire rire, mais là vos propos perdent de leur importance et vous avez le sentiment de ne pas avoir été entendue. Et puis il y a toujours quelqu'un pour se moquer de vous, gentiment...mais sûrement.

Je pleure, je pleure, mais j'ai bien vécu avec ma petite taille, seulement je m'inquiète un peu pour l'avenir, si je rétrécis encore. Que vais-je devoir faire pour me faire entendre?

Ce matin je suis minuscule...J'ai dû trop marcher sous la pluie...


Repost 0
Published by lesjardinsdecarole - dans Le Jardins des Pensées
commenter cet article
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 08:16
Dans ma voiture, ce jeudi-là, perdue dans mes pensées, je n'écoutais la radio que d'une oreille...Et puis soudain ces quelques mots ..."Ecoutez, si on allume les étoiles, c'est donc à quelqu'un nécessaire..." et puis plus rien. Juste ces mots.
Je me les suis récité(s?) pendant tout le trajet, ne voulant surtout pas les oublier. Je comprenais enfin le monde des étoiles. Comment n'y avais-je pas pensé?! Bien sûr, c'était évident! Si on allume les étoiles, c'est donc à quelqu'un nécessaire...Sinon pourquoi brilleraient-elles depuis si longtemps?
Oh je pensais bien que c'était important, j'y voyais souvent mes chers disparus, une pour chacun...En les observant, je me sentais rassurée, heureuse, apaisée, elles étaient là et veillaient sur moi, dune certaine façon. Mais ces vers ont dit simplement ce que je ressentais profondément .
Peut-être y verrez-vous, vous aussi, cette évidence qui m'est apparue.
Je vous livre ainsi ce magnifique poème de Vladimir Maïakovski qui a mis fin à ces jours en se tirant une balle en plein coeur, incapable de continuer à vivre...

Ecoutez !

Si on allume  les étoiles
c'est  donc à quelqu'un  nécessaire,
c'est  que  quelqu'un désire qu'elles  soient,
c'est  que  quelqu'un nomme perle  ces crachats
et, déchirant
la  tempête au midi  des poussières
il se précipite  vers  dieu,craint  d'être  en retard,
pleure,baise  sa  main noueuse,
implore,
Il lui faut  absolument  une  étoile !
jure
qu'il  ne  supportera pas ce  martyre  sans  étoile  !
Et  après
marche  de long en large,
avec inquiétude,
calme,  pourtant, en  apparence.
Il  dit  à  quelqu'un :
"Alors, ça va maintenant ? 
T'as plus peur ?
Hein ? "
Ecoutez !
si on allume   
les étoiles
c'est que  c'est  à quelqu'un nécessaire,
c'est  qu'il  est indispensable
que  chaque  soir,par dessus   les  toits,
s"allume  au  moins une  étoile.  
1914
Repost 0
Published by lesjardinsdecarole - dans Le jardin de Poésie
commenter cet article
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 12:49

J'aime le mois de septembre...mois de la rentrée, nostalgie de la maman...qui le premier jour prenait une journée sabbatique, pour respirer et faire...rien! C'était si bon de se retrouver seule, après ces deux mois de jeux, de cris et de présence constante!

J'aime la couleur du ciel en Provence, plus bleu quand il fait beau, plus lumineux, il fait ressortir les verts de la nature et les contrastes sont merveilleux. Bien sûr, les cigales se sont tues, seuls les oiseaux continuent leur chant joyeux...comme si de rien n'était...Pourtant ils doivent sentir le changement eux aussi..pas ce changement que l'on nous a promis en mai, non celui-là de changement, personne n'y a vraiment cru. Non ce changement dans le rythme du temps, dans la longueur des jours, ce raffraîchisssement du soir qui nous annonce que bientôt les dîners sur la terrasse seront impossible, et qui nous oblige à nous couvrir la nuit. 

L'été a été chaud, les pelouses ont jauni, le potager qui a souffert reprend un peu de couleur et des fleurs sont de nouveau apparues sur mes plants de haricots verts...

Comme janvier, septembre est le mois des résolutions, je me coucherai plus tôt, je mangerai mieux...je ne me laisserai pas impressionnée par les remarques désobligentes et parfois même méchantes. Non j'ai passé un bon été, il s'est terminé à la montagne, dans la fraîcheur et la beauté. J'ai eu droit à un superbe orage avec la pluie, les éclairs et le vent, le jeudi juste avant mon retour. J'étais parée, j'avais mon très joli chapeau à pois dont les gens se moquent, mais qu'importe...je suis  prête à affronter l'hiver.

Septembre...j'ai repris les visites à l'Ehpad, mes chères amies m'attendaient. Aline ne va pas très bien, la maladie de Parkinson a "progressé" je trouve, et son élocution est difficile. Juana, elle, m'a détaillée comme toujours, des pieds à la tête, m'a demandé de la musique et des magazines. Vanda, vous ai-je déjà parlé de Vanda? Elle a...je ne sais pas son âge, elle non plus. Elle est seule dans sa chambre toute la journée, sauf entre 14 et 16 heures quand son fils vient la voir. Lui il est sourd et muet...Elle ne se souvient pas de ses visites. Son regard rieur et triste à la fois vous scrute intensément et parfois elle invente des mots, ce qui l'amuse beaucoup. Elle rythme l'entretien par des soupirs en disant 'on ne fait ce qu'on veut, on fait ce qu'on peut", et "la vie, c'est pas drôle". Elle ne veut jamais que je parte, me tiens la main et réclame des baisers...Yvette est toujours triste de la mort de ses amies, quand je suis arrivée, elle pleurait, je lui ai raconté mes vacances à la montagne et la route que j'avais prise, elle passait sa vie dans son camping car, quand son mari était encore là, elle connait la France par coeur! Je l'ai fait rire en lui décrivant mon allure avec mon beau chapeau de pluie, elle ne voit presque plus, mais elle a ri, elle aussi et s'est moqué de moi (je dois vraiment être ridicule avec ce truc sur la tête).

P9070262.JPG

 

 

 

Septembre...je vais m'atteler au projet d'"Ecole d'Horticulture Thérapeutique" que je voudrais créer, puisque je ne trouve pas de formation validante et complète. C'est très ambitieux, je sais pour une pette bonne femme comme moi, mais je vais essayer et me faire aider. Rien n'est impossible si le désir et la motivation sont là, c'est ma nouvelle devise. Aller au bout de cette envie serait une immense victoire pour moi.

Je vous tiendrai informés, soyez-en certains.

A bientôt

Repost 0
Published by lesjardinsdecarole - dans Le Jardins des Pensées
commenter cet article
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 06:59

Pendant la semaine, je parcours des recueils de poésie, et corne les pages de celles que je préfère...le vendredi matin, je les relis et vous livre Ma préférence. Aujourd'hui Pablo Neruda, encore, me direz-vous...oui, mais c'est si beau!


 La branche volée

 

Dans la nuit nous allons entrer
voler
une branche en fleur

Nous allons franchir le mur,
dans les ténébres du jardin de quelqu'un d'autre,
deux ombres dans l'ombre.

L'hiver n'est point parti encore
et l'on dirait que le pommier
brusquement s'est changé
en cascade d'étoiles parfumées.

Dans la nuit nous allons entrer
jusqu'à son tremblant firmament,
et tes petites mains avec les miennes
voleront les étoiles.

Alors, et en catimini,
chez nous
dans l'ombre et dans la nuit,
entrera avec tes pas
le pas silencieux du parfum
et avec des pieds constellés
le corps lumineux du printemps.

 

Pablo Neruda

 


Repost 0
Published by lesjardinsdecarole - dans Le jardin de Poésie
commenter cet article
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 08:08

La forêt


Forêt silencieuse, aimable solitude,
Que j'aime à parcourir votre ombrage ignoré !
Dans vos sombres détours, en rêvant égaré,
J'éprouve un sentiment libre d'inquiétude !
Prestiges de mon coeur ! je crois voir s'exhaler
Des arbres, des gazons une douce tristesse :
Cette onde que j'entends murmure avec mollesse,
Et dans le fond des bois semble encor m'appeler.
Oh ! que ne puis-je, heureux, passer ma vie entière
Ici, loin des humains !... Au bruit de ces ruisseaux,
Sur un tapis de fleurs, sur l'herbe printanière,
Qu'ignoré je sommeille à l'ombre des ormeaux !
Tout parle, tout me plaît sous ces voûtes tranquilles ;
Ces genêts, ornements d'un sauvage réduit,
Ce chèvrefeuille atteint d'un vent léger qui fuit,
Balancent tour à tour leurs guirlandes mobiles.
Forêts, dans vos abris gardez mes voeux offerts !
A quel amant jamais serez-vous aussi chères ?
D'autres vous rediront des amours étrangères ;
Moi de vos charmes seuls j'entretiens les déserts.

 

François -René de Chateaubriand

 

Repost 0
Published by lesjardinsdecarole - dans Le jardin de Poésie
commenter cet article
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 22:00

 

Mon rêve familier

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime,
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.
 
Car elle me comprend, et mon coeur, transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d'être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.
 
Est-elle brune, blonde ou rousse ? - Je l'ignore.
Son nom ? Je me souviens qu'il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.
 
Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues.
 
Paul Verlaine
Poèmes saturniens
Repost 0
Published by lesjardinsdecarole - dans Le jardin de Poésie
commenter cet article